Qui suis-je ?
Contacts
Page précédente

 

 

 

 

Management situationnel

Léon LESIRE
Consultant-Formateur

Nous savons aujourd’hui qu’il devient de plus en plus difficile de maîtriser le devenir des grandes organisations de par l’accroissement de leur complexité et la diversité des attentes de ceux qui les composent.
Notre époque appelle des réponses pragmatiques et innovantes accompagnées d’une transformation régulière et progressive des comportements et des mœurs.

C’est dans cet axe que le management situationnel s’inscrit. Il consiste en un ensemble “intégré” de méthodes de management orienté autour d’un système de valeurs. Il a pour fonction d’aider à l’évolution des mœurs dans une organisation en diffusant une nouvelle manière d’exercer l’autorité et la responsabilité.

Management

Ce terme renvoie au management des personnes avec cette nuance qu’il est souvent difficile de déterminer, dans les opérations quotidiennes, ce qui relève spécifiquement de la conduite des hommes et de l’exercice du métier. C’est donc un ensemble très vaste d’occasions de rencontres entre responsables et collaborateurs qui est désigné ici.

1. Une des premières “lois” du management situationnel est que l’efficacité d’un manager passe par le développement des personnes dont il a la responsabilité, ce développement assurant à terme la réussite collective.

Situationnel

Ce terme renvoie à la diversité des individus qui exige que les managers disposent d’une gamme très variée de comportements.

2. La deuxième “loi” du management situationnel indique qu’aucun style ou tempérament n’est a priori recommandable mais que l’efficacité consiste à adopter, à un instant donné, le ou les styles qui commande la situation.

Le regroupement des deux termes désigne un ensemble d’outils efficaces et actuels pour adapter le mode de management aux situations en utilisant l’autonomie des individus et des groupes comme indicateurs de base.

3. La troisième “loi” du management situationnel indique en effet que l’efficacité consiste à évaluer en permanence l’autonomie des personnes et des groupes. Celle-ci est définie comme la somme de la motivation et de la compétence.
Le choix du style de management dépend alors du niveau d’autonomie identifié.

4. La quatrième “loi” précise que le rôle d’un manager est de créer les conditions propices au développement de cette autonomie dans le cadre des projets et des solidarités collectives. Il s’agit alors de répondre à une attente présente chez un grand nombre de personnes parce qu’elle correspond à une profonde évolution culturelle et sociale.

Le système de valeurs du management situationnel

1. Le rôle d’un manager, quelle que soit sa position dans l’organisation, est de créer les conditions permettant à la fois le développement des personnes dont il a la responsabilité et l’atteinte des objectifs de l’organisation.

2. Pour créer ces conditions, aucun style n’est a priori meilleur qu’un autre, aucun trait de personnalité n’est déterminant.
On peut toujours apprendre à (mieux) manager les personnes et les groupes. Il existe cependant des contre indications à l’exercice du management.

3. Le style d’un manager est à la fois le produit de facteurs personnels (tels que l’expérience, la compétence, le caractère, les croyances et les valeurs personnelles) et de l’environnement dans lequel il travaille (les activités, la culture de l’entreprise, le style et les attentes des collègues, du responsable direct, des collaborateurs).

4. L’efficacité à court terme dans l’exercice du management consiste, en adoptant des styles variés, à s’adapter à l’environnement de travail et notamment à l’autonomie professionnelle des individus et des groupes dont on a la responsabilité.

5. Le développement de l’autonomie professionnelle, c’est-à-dire de la compétence et de la motivation des individus et des groupes, contribue à la performance d’ensemble de l’entreprise.

6. L’efficacité à long terme consiste à faire progresser l’autonomie professionnelle des individus et des groupes dont on a la responsabilité et à faire évoluer son environnement de manière à pouvoir adopter des styles de plus en plus participatifs et délégatifs.

7. Cette progression de l’autonomie des individus correspond à un courant culturel profond et donc à une attente qui sera exprimée fortement au cours des années à venir.

8. Cette progression ne peut se faire de façon globale, mais doit se réaliser par étapes, mission par mission, objectif par objectif.
Seule une approche ponctuelle garantit des résultats durables.

9. Au cours des années à venir, le management progressera vers des positions de plus en plus délégatives, mais les autres styles et modes de management conserveront toute leur valeur. Ils seront d’autant plus utiles que les rotations de poste, les changements de fonction et les structures temporaires seront plus fréquents. Ils seront probablement exercés sous des formes différentes de celles que nous connaissons aujourd’hui.

 

Conception
Brigitte Ratel
Logos
Jean Paul Rossetti
Annick Maupilé - Accompagnement Conseil Professionnel - Grenoble - Isère
Téléphone : 06 20 89 12 59
Email : Contact@acp-maupile.fr - Web : www.acp-maupile.fr